jeudi 12 mars 2015

Réduction des horaires d'ouverture des perceptions

Disparition des services publics en zone rurale, mode d'emploi :

Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage. Les bonnes vieilles méthodes sont souvent les plus efficaces, et c'est en appliquant ce principe aux services publics, que les gouvernements successifs ont accompli un véritable saccage en milieu rural.

Première étape : on supprime des missions
L'activité bancaire et épargne au Trésor Public, ou à la Banque Postale,ou la comptabilité à la Banque de France, par exemple.

Deuxième étape : on supprime des emplois
Ben oui, il y a moins de travail, puisqu'on a supprimé des missions, donc on supprime des emplois...

Troisième étape : on réduit les horaires
Vous comprenez, avec internet, tout ça, les gens ne se déplacent plus, et comme en plus il n'y a presque plus personne pour vous accueillir...

Quatrième étape : on ferme !
C'est toujours comme ça à la fin, l'histoire, on la connait tous. A force de réduire les missions, les emplois, les horaires, on fini par laisser mourir à petit feu les services publics, qui tels des fruits trop mûrs, tombent dans les oubliettes de la politique libérale...

Pourtant les services publics (école, gendarmerie, poste, perception,...) assument ensemble leurs missions sociales et solidaires, et contribuent à maintenir de l'activité, de la vie dans nos campagnes. Les laisser disparaitre, c'est contribuer au déménagement du territoire.



CGT FINANCES

Aujourd'hui, c'est fermé!

La Direction Départementale des Finances publiques du Lot a décidé de réduire les horaires d'ouverture des services du département.

Elle n'est pas la seule, les consignes viennent de Bercy, mais rien de l'obligeait à se montrer zélée.

Elle a décidé de réduire les horaires d'ouverture des perceptions rurales en ne les ouvrant que 16 heures par semaine. Pour les centres de Cahors, de Figeac et de Gourdon, c'est à peine mieux.

D'une manière générale, les ouvertures de services ont été réduite d'un tiers.

Nous avons protesté contre ce recul du service public. Pour nous les Centres des Finances Publiques doivent pouvoir accueillir le public et non tout faire pour éloigner les gens de l'accueil physique pour les renvoyer vers des sites internet ou des centres d'appel.

Mais aujourd'hui, votre Centre des Finances Publiques est fermé...

Alors revenez demain...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire